Disque Dur 4

les plateaux quant ils tournent,bien sûr les têtes sont fixées aux bras et bougent au même temps Comme on a dit la dernière fois.Cela forme un Cylindre , autrement dit se Cylindre en réalité n’existe pas .Voyez les images ci-dessous qui nous montre comment ce forme un cylindre et pourquoi il s’appelle ainsi.

.                                  Cylindre

Les pistes et secteurs: Pour chaque Pistes et secteur ont des numéros unique sinon c’est la pagaille,pour les DD moderne les pistes ce compte par millier pour atteindre les 500 Go et plus.La course vers la grande capacité mémoire n’est pas fermée.

Cylindre (Cylinder en anglais, le C dans CHS) :  Un disque dur est usuellement constitué de plusieurs plateaux coaxiaux entraînés en rotation (A en gris clair sur le croquis) recouverts de chaque côté d’un oxyde magnétique. Un ensemble de bras mobiles (B en gris foncé sur le croquis) disposés en dents de peigne permet de positionner des têtes de lecture/enregistrement (C en bleu sur le croquis) de façon stable à plusieurs emplacements au-dessus des surfaces. Pour unedisquette le principe est exactement le même mais il n’y a qu’un seul plateau souple. Le nombre de positions repérées varie de 40 (pour les premières disquettes 5¼ ») à plusieurs dizaines de milliers pour des disques durs modernes, chacune de ces positions se nomme cylindre (D surligné en jaune sur le croquis).

Pour un disque possédant NC cylindres, le cylindre le plus externe porte le numéro 0, le plus intérieur le numéro NC-1. Voir le croquis ci-dessous.

Tête (Head en anglais, le H dans CHS): Les têtes de lecture/enregistrement (C sur le croquis) sont solidaires des bras mobiles (le plus souvent il y a une tête par surface soit deux par plateau, mais pas toujours : par exemple sur les premiers disques dur, une surface était dédiée au guidage des bras et ne stockait aucune donnée). Pour une disquette, comme il n’y a qu’un seul plateau, on aura deux têtes en utilisation double-face et une seule en simple-face. Le chemin parcouru par une tête particulière sur un cylindre particulier s’appelle une piste (E sur le croquis).Pour un disque possédant NT têtes de lecture/écriture, celles-ci sont donc numérotées arbitrairement en partant de 0 et jusqu’à NT-1. Voir le croquis ci-dessous.

Secteur (Sector en anglais, le S dans CHS):Les plateaux circulaires sont en rotation et les secteurs angulaires (F surligné en gris moyen sur le croquis) qui se déplacent sous une tête pendant une durée donnée sont donc nommés secteurs, l’adressage CHS considère implicitement que le nombre de secteurs accessibles est le même quel que soit le cylindre sélectionné (ce qui n’est plus vrai sur les disques durs actuels, car cela implique que la densité d’enregistrement soit plus élevée sur les cylindres intérieurs que sur les cylindres extérieurs, le croquis montre clairement que les secteurs extérieurs sont plus longs que ceux de l’intérieur).Pour un disque possédant NS secteur de données, le premier secteur d’une rotation sera numéroté 1 (c’est le seul composant de l’adresse dont l’origine est à 1 pas à 0) et le dernier NS.Voir le croquis ci-dessous.

Le croquis CHS

Croquis simplifié de la mécanique d’un disque dur
A: plateaux – B:Bras – C:Tête – D:cylindre – E:piste – F:secteur

Comment fonctionne l’adresse (CHS):   le terme (CHS) qui veut dire en englais(Cylinder Head Sector) c-à-d en français (Cylindre Tête Seteur),(CTS) mais ce dernier est rarement utilisé,voilà pour les terme utiliser place à l’adressage.

L’adresse CHS est simplement constituée par l’assemblage des trois composants décrits ci-dessus.

Le tout premier secteur d’un disque est à l’adresse 0 / 0 / 1 : c’est le premier secteur accédé par la première tête positionnée sur le premier cylindre. Le suivant sera 0 / 0 / 2 (ce secteur est naturellement atteint juste après par la même tête), et ainsi de suite jusqu’à ce que la surface ait effectué une rotation complète. Le dernier secteur accédé ici porte l’adresse 0 / 0 / NS.

Le secteur suivant est à l’adresse 0 / 1 / 1 : c’est le premier secteur accédé par la tête suivante (idéalement la sélection électronique d’une tête prend moins de temps qu’il ne faut au disque pour présenter de nouveau le secteur numéro 1), puis chaque secteur de la piste qui défile devant cette seconde tête est exploré et ainsi de suite jusqu’à avoir employé toutes les têtes, le dernier secteur du premier cylindre porte ainsi l’adresse 0 / NT-1 / NS.

Le secteur suivant est à l’adresse 1 / 0 / 1 : le bras des têtes de lecture/enregistrement devra préalablement s’être déplacé (ce qui peut prendre de moins d’une milliseconde à plusieurs centaines de millisecondes) puis l’ensemble des opérations décrites plus haut (le parcourt de chaque secteur de chaque piste) pourra se répéter pour ce cylindre.

Le tout dernier secteur du disque est à l’adresse NC-1 / NT-1 / NS. Le nombre total de secteurs accessibles par ce moyen d’adressage (la capacité totale du disque en fait) est simplement NC × NT × NS.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s